mercredi 20 avril 2016

rien sinon si loin déjà que la nuit, l'oubli

que le jasmin et le miel
que le parfum de la figue loin dérobé et
que l'aube rien

sinon si loin que le bois d'ébène
de quelques fruits au cœur encore
nocturne

ouvert sur ta nuque sèche 

[...]
alors admettre que la nuit décline

Chiaroscuro [avec une préface de Sabine Huynh, accompagné de 3 linogravures de André Jolivet], Æncrages & Co éd., coll. Voix de Chants, Baume-les-Dames, 2013.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire