mardi 19 janvier 2016

Paul Celan - Partie de neige / Schneepart

J'ARPENTE ta trahison,
avec des fibules de chevilles
à toutes les articulations
de l'être,

des fantômes de miettes
sont vêlés
par tes tétins
de verre,

ma pierre est venue à toi,
grille ouverte par elle-même, toi
et ta cargaison intérieure
de vipères,

tu te fais mal à soulever
la plus légère de mes douleurs,

tu deviens visible,

un mort, un mort quelconque, tout à soi,
inverse les amures 

*

ICH SCHREITE deinen Verrat aus,
fußspangen an
allen Seins-
gelenken,

Krümelgeister
kalben
aus deinen gläsernen
Titten,

mein Stein ist gekommen zu dir,
selbstentgittert, du inwendig
Ottern-
befrachtete,

du verhebst dich
an meinem leichtesten Schmerz,

du wirst sichtbar,

irgendein Toter, ganz bei sich,
setzt Lee über Luv.


Paul Celan, Partie de neige, V, traduit de l'allemand par Jean-Pierre Lefebvre, éd. Seuil, p.85.

1 commentaire:

  1. merci pour ces quelques instants de Celan. Ici aussi: http://bertfromsang.blogspot.fr/search/label/paul%20celan

    RépondreSupprimer