mercredi 1 août 2012

Onzains de la nuit et du désir / Jean-Yves Masson

Divinement courbées sur le sein de la terre
ô lumières de l'arc-en-ciel quand va cesser la pluie,
portes d'un temple d'air,
lumières élevées sur l'eau du temps vous êtes
douces dans les feuillages quand les branches
s'égouttent lentement et qu'un manteau de ciel
descend sur les mains jointes des églises.
Or, lumières conciliatrices, malgré moi
j'entends toujours la plainte et le tumulte de l'orage :
tant de souffrance et d'ombre et tant de joie en lui
que mes pensées aussi se courbent vers la terre.

Jean-Yves Masson, Onzains de la nuit et du désir, éd. Cheyne, Chambon-sur-Lignon, p. 83.