jeudi 17 février 2011

Sans poids, dans la proximité des mots... ce lieu diurne d'inadvertance, sève feutrée des veilles singulièrement proche encore

presque trop
. Il m'a suffi de quitter son pli pour admettre que la nuit décline. Que demeure l'éphéméride seul des moments passés avec toi. Le truisme de l'oubli de toi. Conformité étroite au regard

Toi-rien, puis toi exactement

4 commentaires:

  1. Près d'eux, la nuit sous la neige, 2005, éd. Cheyne, Chambon-sur-Lignon, p. 33.

    RépondreSupprimer
  2. très bel extrait choisi...

    RépondreSupprimer
  3. merci à toi B. (puisque tu préfères l'anonymat).

    RépondreSupprimer
  4. eh bien je suis donc dévoilée en plein jour... :)
    oui j'avoue, très touchant cet extrait, vraiment.

    RépondreSupprimer