lundi 15 juin 2009

Débordement de mon impatience. Se souvenir. Je me souviens du trajet, du chemin, de sa courbe dans le paysage, flouté légèrement - celui qu'on observe sur la photo. Une masse noire veinée de bleu décroche la perspective. Détail. Lumière sur le côté. Un coin de ciel rongé par l'obscurité. RER, TGV, arrivée.

2 commentaires:

  1. quelle vie est étrangère
    à ce qui s'évapore

    RépondreSupprimer
  2. Etrangère étrangeté - un peu comme cet éléphant du zoo aussi qui s'évapore dans une nouvelle de Haruki Murakami ? - que tu connais peut-être bien ? Je ne sais pas à vrai dire ; détail flouté dans mon esprit maintenant que je te lis !

    RépondreSupprimer