jeudi 26 février 2009

2 commentaires:

  1. On dirait une toile de Olivier Debré :

    http://savatier.blog.lemonde.fr/2008/07/01/olivier-debre-expose-a-chenonceau/

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce lien Gui du, je découvre un peintre que je ne connaissais pas :

    […] Des toiles choisies sur le thème du voyage (Etats-Unis, Grèce, Chine, Hong Kong, Maroc, etc.). On a parfois classé ce peintre dans le mouvement de l’abstraction lyrique. Lui, préférait parler « d’abstraction fervente » et l’on ne peut que lui donner raison ; il y voyait « la seule forme possible de réalisme. » L’abstraction lyrique définit mieux l’œuvre de Hans Hartung ou de Georges Mathieu (ce dernier assez lyrique lui-même, d’ailleurs). Certaines de ses toiles antérieures aux années 1960-1970, il est vrai, frappent par leur communauté d’esprit avec ces deux artistes. Il suffit de regarder le Signe de ferveur noir (1945) pour penser à Mathieu, ou quelques-uns de ses Signes paysages de 1968 pour songer à Hartung. De même, une œuvre comme Le Mort de Dachau (1945) rappelle un peu Pierre Soulages et certains Signes personnages et Natures mortes abstraites (entre 1954 et 1959 environ) se rapprochent, par leurs couleurs sourdes, de Nicolas de Staël. On ne saurait pour autant parler de réelle influence. Il s’agit de la démarche logique d’un peintre vivant dans son siècle et en quête de maturité. Celle-ci est atteinte sans conteste dès le début des années 1970. […]

    Et ceci également (embrassez bien fort Angèle et son webmestre), un jour je viendrai griffer votre SITE ! c’est promis !

    RépondreSupprimer