lundi 16 février 2009

les premiers oiseaux que la clarté dissémine

et puis, cet instant rêvé ; le souffle du jour sur les plis de l’herbe comme un cantique. Là je heurte.

4 commentaires:

  1. cet instant rêvé - depuis le 30 décembre, mes yeux heurtaient une page, semblable, toujours semblable à celle de la veille.
    ce matin, mon attente tranquille fut récompensée.
    c´est cela, aussi, l´instant rêvé.

    RépondreSupprimer
  2. Cela est dit - d'une telle simplicité, que j'en suis profondément touchée. Merci Charlotte, sourires.

    RépondreSupprimer
  3. oh les beaux oiseaux migrateurs :)

    bon retour

    RépondreSupprimer
  4. Et oui, le deuxième semestre a repris ici. Je retrouve à présent mes licences et mes 'jeunes chercheurs' ... civilisation, 'composition' et linguistique au programme ... du travail en perspective.

    A bientôt Nicolas.

    RépondreSupprimer